Le coup d’état médiatico-judiciaire

Ce qui se passe dans cette campagne240_F_75722230_A8Y9UWxMP658WLUe1AVtlUHfQuRxXumX est très grave, et hélas très proche de ce qui s’est passé aux Etats Unis : le 4ème pouvoir a décidé d’imposer un candidat à la Présidence de la république dont  la seule garantie est d’avoir été le conseiller de M Hollande.

Attention : cet article est encore en travail. Il n’est pas achevé .

Faisons d’abord un constat ..

L’affaire Fillon a pris des proportions démesurées ces dernières semaines au point de mettre en péril l’élection annoncée du candidat de la droite et du centre. Mais plus le temps passe, plus ce qu’elle révèle est inquiétant pour notre démocratie. Deux constats :

  •   rien de ce que l’on reproche à Fillon n’est illégal , et l’affaire a été montée sur une ambiguité voulue entre la dimension morale ( est-il « bien » d’utiliser la famille dans le travail d’assistance au parlementaire) et la dimension juridique
  • La justice , en l’espèce la toute jeune autorité financière créée par M Hollande a battu tous les records de vitesse en s’autosaisissant d’une affaire en pleine élections.

Visiblement il y a eu une coordination et c’est cela qui inquiète entre deux logiques.

La logique de la presse et sa surréaction : car la moindre des choses dans une affaire comme celle là aurait dû être la modération. La date choisie pour la sortie de l’affaire – pile au meilleur moment – montre qu’on avait gardé le dossier « bien au chaud » et l’impérieuse nécessité d’avoir une campagne digne aurait dû guider les journalistes. Passe que le Canard fasse un article, mais la moindre des choses aurait été de la part de la presse une prise de distance raisonnable. C’est au contraire que l’on a assisté . Une campagne montée au quart de tour, disproportionnée et haineuse . Quasi unanime

Cette réaction est anomale, elle est l’indice d’une profonde perversion des médias français, sur le modèle des médias américains. On quitte les règles du métier pour engager un c

Y a t-il un complot médiatique

Commençons par le phénomène médiatique

Un Hubris dangereux de la « justice »

 

 

 

 

Ne pouvant pour le moment rendre compte de ce que nous paierons tous demain, je laisse ici la parole à M Bellamy

Ce contenu a été publié dans autres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *